Après avoir initié et mis en oeuvre il y a 10 ans le premier site de compost collectif* en pied d'immeuble à Paris, je suis devenu Maître-Composteur et, fort de cette expérience et de celle de mon activité professionnelle de consultant-formateur en développement durable, je propose désormais aux collectivités, bailleurs, associations de locataires, syndics, établissements scolaires et jardins partagés formation et accompagnement dans la mise en place de cette gestion locale de traitement des déchets organiques : le compostage. C'est ma
CompoStory
!

Jean-Jacques Fasquel, Maître-Composteur, Consultant-formateur en prévention des déchets et jardinage au naturel.

* désormais de plus en plus désigné par le terme "compostage partagé"

mercredi 15 janvier 2014

J'ai testé ... le composteur rotatif


J’ai installé et suivi en 2010 et 2011 dans 3 établissements différents  (un collège puis deux écoles primaires) des batteries de 2 Jora 400. Même si la dernière expérience a été moins "sensible" que les deux premières eu égard à l'expérience acquise, globalement je n'ai pas été convaincu par ce matériel.

Il est tout d'abord cher (1100 euros pièce + port) pour une capacité de 400 litres de déchets en cours de traitement et son montage n'est pas des plus aisés (livraison en kit comme un meuble Ikéa ... normal c'est du matériel suédois ;)

Au bout de 2 fois 6 semaines (voir la vidéo de fonctionnement) la matière qu'on sort est certes dégradée et son volume est réduit mais elle doit encore mûrir en compostage traditionnel, je ne considère donc pas que ce matériel accélère globalement le temps de traitement des déchets. En terme de capacité, on ne peut dépasser  10 litres/ 5 kgs de déchets par jour à défaut de ne plus respecter les deux fois 6 semaines de rotation du protocole ... Donc à moins d'installer en ligne une batterie d'un nombre important de ces composteurs (ce qui fait un investissement et des manipulations importantes) on fait ainsi plus du «témoignage» ou de la «pédagogie» que du traitement de déchets.

Au niveau solidité le polystyrène de séparation des deux alvéoles bouge et se rétracte, les vis se corrodent vite et les vis plastiques se dévissent. La rotation manuelle du matériel n'est pas si facile dés que le composteur est demi-plein (les nouveaux modèles bénéficient d'un système de croix pour le faire tourner plus facilement). Le vidage du compost n'est pas aisé (une brouette "française" ne passe dessous ) et on se prend le couvercle dans la figure – à attacher avec un tendeur). Enfin on a observé également parfois des coulures et des mauvaises odeurs (mauvais dosage de la matière carbonée). Il faut impérativement mettre 20 % minimum de pellet / matière sèche (contre 10 annoncé par le fabricant) et ajuster ce volume en fonction du taux d'humidité.

J'ai eu d'autres échos d'utilisateurs déçus même si quelques uns semblent apprécier néanmoins ce matériel. Je crois que l'idée de la rotation pour favoriser brassage et aération en accélérant le processus est une bonne idée mais que la réalisation reste à parfaire ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'indiquer votre adresse mail. Les commentaires anonymes seront ignorés.