Après avoir initié et mis en oeuvre il y a 11 ans le premier site de compost partagé en pied d'immeuble à Paris, je suis devenu Maître-Composteur et, fort de cette expérience et de celle de mon activité professionnelle de consultant-formateur en développement durable, je propose désormais aux collectivités, bailleurs, associations de locataires, syndics, établissements scolaires et jardins partagés formation et accompagnement dans la mise en place de cette gestion locale de traitement des déchets organiques : le compostage. C'est ma
CompoStory
!

Jean-Jacques Fasquel, Maître-Composteur, Consultant-formateur en prévention des déchets.

J'ai depuis lancé également une activité de création et animation de jardins partagés et formation au jardinage au naturel, JardinTheCity

mardi 2 février 2021

L'ADEME étudie le compostage domestique

 

 
En 2020, l’ADEME a mené une enquête permettant de faire un bilan des pratiques de gestion domestique des biodéchets et en particulier des déchets alimentaires.

Cette enquête s’intéresse notamment à :

- La pratique du compostage(type de déchets concernés, ancienneté de la pratique, …)
- Les moyens utilisés pour composter (composteur individuel, collectif…)
- Les motivations et freins à cette pratique
- Les éventuelles modifications de pratique liée à la crise sanitaire
 

Quels sont les principaux enseignements :

Pour près de la moitié des Français , le tri et le compostage des déchets alimentaires sont des gestes essentiels. Cependant, 1/3 jette tous les déchets dans la poubelle classique.

Durant les 12 derniers mois, 57 % des Français n’ont pas changé d’habitude et déclarent ne pas trier les déchets alimentaires. Seuls 21 % déclarent moins les jeter avec les ordures ménagères, poussés par une prise de conscience écologique et environnementale.

Les principaux freins avancés face au tri des déchets alimentaires sont:

  • l’absence de service de collecte séparée
  • Le manque de place pour le stockage des déchets et le compostage

En 2008, 25 % des foyers déclaraient composter leurs déchets alimentaires. Il est effectué par 34 % des Français cette année avec une fréquence très régulière pour la quasi-totalité d’entre eux. Un compostage effectué essentiellement dans un composteur en bois/plastique. Une évolution des pratiques positive à travers le temps et qui se perçoit à travers les différents niveaux d’ancienneté variant entre nouveaux adeptes et pionniers.

Le manque de place revient encore une fois comme une des principales raisons n’encourageant pas le compostage («je suis en appartement», «Petit chez moi», …).

Le compostage collectif est connu par 45 % des personnes qui ne compostent pas, cependant seulement 9 % en ont un près de chez elles. Auprès des Français ne pratiquant pas le compostage : le compostage partagé pourrait être plus largement pratiqué s’il était mieux connu et mis en place par la collectivité, et tout particulièrement dans les grandes villes.

 
Pour consulter les résultats de l'enquête c'est ici.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci d'indiquer votre adresse mail. Les commentaires anonymes seront ignorés.